Un si beau sourire

C’est face aux Noces de Cana de Véronèse que se trouve à présent la Joconde, entourée d’une cinquantaine d’autrs œuvres de la renaissance italienne, dans la Salle des États du musée du Louvre, entièrement rénovée à cette intention et tout juste réouverte au public. Les millions de visiteurs qui viennent chaque année contempler le tableau de Léonard de Vinci apprécieront certainement, mais il y a là matière à réflexion. Car qu’ont en commun ces deux chefs d’œuvre, à part le fait d’avoir été tous deux peints au XVIème siècle ?
Peu de choses. Ni le format (l’un démesurément grand, l’autre étonnament petite), ni le support (Léonard utilisa le bois de peuplier, alors que les Noces de Cana, destinées à orner les murs d’un couvent, ont été peintes sur toile, la salinité de l’air de Venise étant incompatible avec les techniques de fresque existantes à l’époque), ni la facture, ni l’histoire, ni même le sujet (sacré pour l’un, profane pour l’autre) ne rapproche ces deux peintures. Leur seule réelle affinité, en fait, est leur valeur inestimable, et tous les efforts de muséographie semblent là avoir trouvé leur limite: en sacrifiant la cohérence au spectaculaire, le Louvre a l’air d’avoir privilégié le marketing à la pédagogie, et réintroduit les marchands sous les travées du temple.
Au milieu de tout ce monde, Mona Lisa doit se sentir bien seule…

Ce contenu a été publié dans Vu, lu ou entendu. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...